Bulletin de l'IPR n°46

L'archéologie à l'aune des relations internationales

Éditorial 

Cette livraison automnale[1] du Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin propose d’interroger un objet d’histoire, l’archéologie, à la lumière de la méthode d’investigation de l’histoire des relations internationales, courant historique en plein renouveau[2]. Poursuivant une réflexion menée en France depuis les années 1990, ce numéro s’inscrit dans un cycle d’études menées ou à venir dans le cadre du Bulletin[3] : l’histoire culturelle des relations internationales[4] et de la diplomatie[5].

 

[1]    Gabrielle Abbe est doctorante en histoire des relations internationales et prépare à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne une thèse sous la direction d’Hugues Tertrais, consacrée au « Service des arts cambodgiens mis en place par George Groslier (1917-1966) ». Mathieu Jestin, enseignant dans le secondaire et docteur en histoire des relations internationales, a soutenu en 2014 sous la direction de Robert Frank à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne une thèse intitulée « Le consulat de France à Salonique, 1781-1913 ».

[2]    Laurence Badel et Stanislas Jeannesson, Diplomaties en renouvellement, Cahiers Irice, 2009/1, n° 3.

[3]    Voir notamment Marie-Françoise Levy, Anaïs Fléchet (dir.), Littératures et musiques dans les relations internationales XIXe-XXIe siècle, Bulletin de l'Institut Pierre Renouvin, 2014/2 (N° 40). https://www.cairn.info/revue-bulletin-de-l-institut-pierre-renouvin1-201...

[4]    Voir la mise au point de Robert Frank dans Ibid. (dir.), Pour l’histoire des relations internationales, Paris, PUF, Le nœud gordien, 2012, p. 437-441.

[5]    Renaud Meltz, Isabelle Dasque, « Pour une histoire culturelle de la diplomatie. Pratiques et normes diplomatiques au xixe siècle », Histoire, économie & société 2014/2 (33e année), p. 3-16. 

Type de revue : 
Période : 
novembre 2017